VOILÀ VOILÀ.
Ouais je dépoussière ce blog pour pousser une gueulante (encore une, oui, on ne se défait pas si facilement des vieilles habitudes). Désolée de mon absence ces derniers jours... mois... années... Disons que ma vie à beaucoup changée. Je ne peux même pas promettre que je vais me remettre à poster régulièrement ici. On va dire que l'occasion fait le larron, le blog était là, mon coup de gueule trop long pour tenir sur un statut fesses-de-bouc. Alors j'écris. Deal with it.

Source: Externe

Vous êtes prêts?
Parlons de Pokémon Go, le gros phénomène du moment (plus de 100 milions de téléchargements, quand même, pas mal quand on sait qu'il est produit par Niantic, une boîte qui n'avait que 13 employés en 2015). Il y aurait beaucoup de choses à dire sur le jeu, l'explosion de sa popularité sur internet, la quantité de fanarts d'une qualité incroyable que j'ai pu voir sur tumblr, les théories sur les différentes équipes, les annonces qui ont été faites... Mais ça serait faire un article constructif et c'est pas le genre de la maison. Non, madame, non, monsieur, non, camarade non-binaire, on ne va parler de tout ça.

Source: Externe

Si vous avez lu le titre, je pense que vous avez déjà une vague idée de la teneur de cet article.
Non, on va parler des "anti-pokemon go". Plus exactement les vocaux. Ceux qui saturent mes réseaux sociaux de messages et qui viennent m'emmerder quand je suis coincée derrière un comptoir de caisse pour m'expliquer que, vraiment, les versions bleue, rouge et jaune étaient bien meilleures et que pokémon c'est plus comme avant, blablabla, de mon temps on allait à l'école à pieds sous la neige et les jeunes d'aujourd'hui, blablabla...
Mes amis. Friends. Amigos.
Je m'en fous à peu près autant que de mon premier tampon hygiénique.
Je ne joue même pas à Pokémon Go (mon téléphone est un vieux modèle moisi qui ne reçoit même pas les mms, alors faire tourner une app...) mais je commence en avoir ras le cul.
 
Déjà, c'est bon, je bosse dans un métier du service, j'entends des vieux ronchonner à longueur de journée, c'est pas pour me les cogner aussi quand je suis en civile et que je ne suis pas littéralement payée pour supporter ça. Et ensuite, franchement, de vous à moi. Qu'est-ce que vous en avez à branler? Qu'est-ce que ça vous enlève?
"Oh non, des gens qui s'amusent et qui font de l'exercice, quelle horreur!"
Vous sonnez exactement comme le genre de type qui chierait dans le petit bassin de la piscine parce qu'il trouve que les enfants s'amusent trop, la natation c'est SÉRIEUX PUTAIN.

Source: Externe

J'ai lu pleeeeeeeeeiiiiiiiin de trucs du genre "oui mais les joueurs ne profitent pas de l'extérieur, ils sont braqués sur leurs portables, blablabla". J'ai une surprise pour vous : on peut faire plusieurs choses à la fois. Si, si ! Tout comme je peux respirer et penser, mon compagnon peut ET jouer à Pokemon Go ET profiter d'une ballade en amoureux. C'est fou non, les progrès de la technologie.
Quand les gens restent à l'intérieur pour jouer, c'est pas bien. Quand ils sortent pour jouer, ça ne va toujours pas. Faudrait voir à se décider, hein.
Et puis c'est exactement le même argument en carton que j'ai entendu encore et encore et encore à propos des téléphones portables dans les transports en communs. Blablabla, les gens ne se regardent pas, blablabla, ils sont sur leurs portables.

Encore une fois, j'ai un scoop (M6, embauchez-moi, je suis une mine d'or) ! Mon portable est tout moisi, comme je l'ai dit. Donc je ne m'en sers que pour téléphoner et donc pas dans les transports. ET STUPEUR GÉNÉRALE!!!!! Je ne regarde pas les gens non plus et je ne leur parle pas. Parfois je lis un bouquin. Parfois je dessine. Parfois je regarde dans le vide en me demandant si j'ai l'air assez dramatique et triste pour être une héroïne de film d'auteur (la réponse est non, vu que 9 fois sur 10 j'ai du dentifrice séché au coin des lèvres).
C'est à croire que après avoir travaillé toute la journée et avoir supporté le bruit et la cohue des rues de Paris... je n'ai pas envie... de discuter avec le premier pécore venu qui sent la sueur???? Mais comment cela se faisse????

Source: Externe

C'était tellement mieux avant.

Donc par pitié. Calmez un peu vos miches et arrêtez de me bassiner avec votre anti-conformisme de classe de CP. Apprenez à faire du macramé, prenez des cours de yoga, commencez à écrire ce roman dont vous parler tout le temps, prenez des cours du soir. Si vous ne pouvez pas supporter que d'autres personnes ne s'amusent, votre vie n'est pas assez épanouissante.

C'est un jeu. Un jeu qui est populaire parce que c'est un rêve qui a presque 20 ans pour beacoup d'entre nous: Pokémon "pour de vrai".

Je me souviens de la toute première fois où j'ai tenu ma gameboy color dans mes mains. La première fois où j'ai perdu un match et j'ai pleuré parce que je croyais que mes pokémons étaient morts et que c'était ma faute. La première fois où j'ai battu la ligue et la fierté que j'ai ressenti. Les heures passées avec ma meilleure copine à inventer des histoires avec nos dresseuses Mary-Sues qui avaient des pokémons ors et argent (on a les goûts qu'on a quand on a 10 ans), et à les dessiner ensuite. Quelque part, c'est en partie grâce à Pokémon que je suis devenue une artiste.

Je me souviens d'à quel point c'était magique. L'impression de découverte, d'aventure. A l'époque, je ne connaissais pas les maps, le level design, les clichés des rpgs. Le monde de Pokémon avait l'air infini. J'ai rêvé pouvoir partir sur les routes moi aussi avec un croisement de poméranien et de lance-flammes à mes côtés. J'en rêve encore.

Hier en rentrant du taffe, j'ai croisé deux gamines bras dessus, bras dessous, en train de chanter le générique du dessin animé.

Vous aurez beau dire que la première génération était la meilleure, j'ai hâte de rencontrer la nouvelle.