Je vais passer rapidement sur la résurrection de Trini-thé, disons plutôt un spasme de putréfaction, pour ne pas non plus vous faire trop espérer un retour aux jours de gloire passé. Plus d'un an sans mises à jour, seule désormais dans l'aventure, ça tiendra debout avec des bouts de bâtons, de ficelle et de "truc gluant non identifié mais ça colle" le temps que ça tiendra.

Les bonnes âmes acides et aigries de la vie peuvent toujours m'envoyer leur prose, si ça me plait je publierais ^^.

************************************

Donc, un retour en douceur avec , pour ceux/celles qui ont connu, une des joies immense qu'apporte l'adolescence, en dehors de la voix de con, des boutons plein la gueules, des hormones facétieuse et autres joyeuseté, j'ai nommé : l'appareil dentaire.

Comme souvent à cet âge ingrat, la vie est une pute, inégale et rancunière. Cette truie de Stéphanie (nom au pif, ne pleure pas Stephanie qui me lit, je n'ai rien contre toi, je t'aime Stéphanie inconnue !!) qui a toujours été la pintade blonde trop bonnasse de la classe n'en aura pas besoin, ou alors un "petit" pour la nuit, histoire de corriger ce petit décalage si disgracieux, hihihi !, tandis que vous, la pauvre choses reléguée au fond, grisâtre et taciturne, vous qui comptiez tellement sur cette période pleine de poils et de croissance des seins (pour les filles) pour enfin prendre votre revanche, pour vous révéler aux yeux des garçons/filles (rayez la mention qui vous emmerde)    vous vous retrouvez avec une usine à gaz dans le clapier.

Joie.


Et encore, seulement si vos parents ont de quoi hypothèquer leur maison et leurs reins pour vous payer l'orthodontiste.

Partons sur ce postulat, et étudions un peu les merveilles que procurent cet équipement high teck dernier cri !

Déjà, ça fait mal.

Perso on m'a arraché 4 prémolaires. Très mal.

Mais ça fera mal tout le long. Avant même de considérer la gueule de "chemin de fer" si l'orthodontiste est un bâtard qui mise sur le tout ferraille, alors que des braquettes translucides plus discrètes existent.

Qui a pu oublier cette délicate sensation des "bagues", doux nom,qui s 'enfoncent dans notre gencive, nous sertissant les molaires pour de futurs long mois d'agonie ? Mord la baguette en bois chéri, mais non ça fait pas mal, et toi t'as de la chance, ce sera baguage DOUBLE !! Sensation immonde de métal contre métal le temps que le dessus de la bague se tasse, et installation des crochets sur le coté, déjà profondément enchâssé dans la chair délicate de tes joues.

Tu crois avoir souffert ?

Les braquettes bien en places, collées délicatement sur chacune de tes dents, c'est l'heure de mettre le fil, puis de le maintenir sur chaque dent par un élastique, ou une "chainette". L'appareil pour appliquer lesdits élastiques semble te défoncer chaque dent tellement l'orthodontiste appuie dessus. Et le bouquet final: le fil est passé dans tes fameux crochets des bagues toutes neuves.

Hop, un petit tour de pince pour serrer tout ça. On coupe le fil en trop, et c'est fini.
Tu le sens, le petit bout piquant qui dépasse ?

"Si ça fait mal, met un peu de cire" t'as dit le Dr, en te donnant une petite boite blanche et bleue.

Tu t'en va, ça tire un peu mais c'est supportable, c'était pas si dur au final.

Attends.

Déjà le soir, ça fait bizarre pour manger. La moitié de ton repas se planque dans le devant de tes dents, bien aggloméré dans les braquettes toute neuves.
T'as eu la version translucide ? Prie pour que ta mère ne cuisine plus jamais de sauce tomate, sinon tu vires au orange fluo . Oublie le sourire si tu veux continuer à avoir une vie sociale, du moins jusqu'à ce que tu te sois lavé les dents.


Ca commence à tirer , tes dents sont plus sensibles.

Le soir le petit bout qui pique te taquine. Tu met de la cire, comme un bon élève, ça va mieux. Jusqu'à ce que la cire réchauffée dans ta bouche se barre, que tu l'avales, ou qu'elle se coince ailleurs. Tu mets la moitié de la boite pour qu'enfin ça te soulage. Tu ne parles plus pour ne pas que ça bouge.

Viens l'heure de dormir.

Tu va te réveiller les premières nuits, parce que tu baves par litres , ta bouche est pas habituée.

Le matin ta bouche et sèche , d'avoir "aspiré" par réflexe toute cette bave qui a coulé et quand tu l'ouvre, tu sens chaque braquette qui se désincruste lentement de ta chair en en emportant un lambeau de peau en trophée. Et c'est pas fini.

Tu as avalé la cire en dormant et "fil qui dépasse" à consciencieusement transformé toute la zone à sa portée en steack haché sanginolent.

Et encore , ça c'est toujours rien. Cette nuit, tes dents ont BOUGÉS .

Bah oui, normal, c'est le principe de l'orthodontie.

Mais là, ce matin, ce premier matin, tu perçois ENFIN ce qui t'attend pour les mois, voir les années de traitement à venir.
Tes dents ont bougés, et c'est comme si tu t'étais bouffé une rambarde de bus dans la bouche à pleine vitesse. Le moindre contact de dent contre dent te fait monter les larmes aux yeux, même l'air inspiré par la bouche, cette minime différence de température te fais souffrir. Tu passes la langue doucement, et tu es certain que si on tirait un peu sur l'appareil, toutes tes dents viendraient avec, totalement libérées du joug de tes gencives.

Il va falloir manger quand même. Les pailles pour éviter que les dents ne buttent les bords du bol ou du verre seront désormais ton allié n°1. Jamais de ta vie tu ne supplieras autant ta mère de te faire de la soupe , de la purée ou tout autre aliment ne nécéssitant rien d'autre que de la salive pour être ingéré.

Tu vas devoir laver tout ça strictement, chaque jour, pour éviter l'effet "garde manger", ou la crasse de tes repas s'installe confortablement dans ton attirail . Les fibres de viande se planquent et s'accrochent avec délice  les herbes de provence aussi. Les mini brossettes sont tes amies pour la vie, mais si tu te foire vers les molaires, tu peux en coincer une (ça sent le vécu). Gaffe, ta bouche est un terrain dangereux maintenant.

Ca va passer. petit à petit, la douleur va s'attenuer, jusqu'à ce que ça devienne vivable.
Tu auras toujours les braquettes incrustée le matin, l'interieur des joues en steack haché , le devant plein de bouffe à chaque repas, la lèvre qui se coince quand tu souris trop, mais la douleur sera moindre de jour en jour.

Jusqu'au prochain rendez vous, ou il faudra resserer un petit coup.

 

Tu penses que c'est l'enfer , que rien ne peut être pire ?

Ah mais ignare, il existe des options tellement amusantes à rajouter !

Moi j'ai eu la BARRE , au palais !

barre_palatine

Le truc choupinou qui te donne l'impression que tes molaires ont fondues.

Hop, un petit coup pour resserer ET la tige, ET la barre !! Même penser à manger te fait mal.

Pour faire un peu plus amusant encore, j'ai eu aussi les ELASTIQUES !!Différentes résistances pour effet progressif.

wir

Glamour , non ?

Si tu ouvres trop la bouche , ils se voient et font penser à des fils de bave. Ils se teintent de toutes les couleurs de ce que tu mange, et si tu ris trop à gorge déployée, tu as une chance qu'il y en ai un qui pête et saute sauvagement au visage de ton crush du moment. Et ça fait mal, toujours.

Et ya les élastiques colorés pour tenir le fil aux braquettes :

 

03794760_PVI_0001_A270300_PS

Ya toute les couleurs, doré, argent, bleu, rouge... tu veux du translucide invisible ? Souvient toi de la sauce tomate...


Ya d'autres variantes, tout un attirail bien au point, mais je n'ai pas eu la chance de les essayer.

 

Au final, après des mois et des mois de ce traitement, t'es rôdé, on t'appelle "Terminator", chemin de fer", "sourire d'enfer" et autres mots doux, mais jours après jours ta bouche de quasimodo est entrée doucement dans le rang, tes dents se sont alignées mm par mm.

La douleur maintenant tu la gères, ta mère est sympa, elle connais les repas "post resserage" a te faire, c'est plus qu'un mauvais moment à passer.

Et puis un jour, on t'enlève tout ça.

C'est impossible à décrire la sensation quand on t'enlève les bagues. Ca fait mal, et puis d'un coup, c'est la liberté.
Te réjouis pas trop vite, faut virer la résine qui tiens les braquettes, et ça se fait avec une pince spéciale qui gratte les dents. Tu retrouve l'impression qu'on te défonce dent par dent, avec des bruits angoissants.
Mais à la fin, tes dents sont douces. Libres, droites. DROITES.
T'as un beau sourire, et pour la première fois en plusieurs mois, ta lèvre supérieure ne reste pas coincée sur une braquette.

T'auras droit à une goutière en silicone à "mâcher" ou un autre truc pour stabiliser tes dents pendant 6 mois.
Si tu veux pas repasser par la case chemin de fer, faut être sérieux, pas déconner sur la dernière ligne droite.

Et après, ce sera fini.
Oh, tes dents bougeront toujours un peu, surtout si t'as la blague de faire tes dents de sagesse après, et ta bouche restera barrée de cicatrices , larges lignes à l'intérieur des joues, vestiges des crochets des bagues, du "fil qui dépasse" et de l'incrustation matinale des braquettes.

Tu les garderas à vie, à chaque fois que tu passeras ta langue, tu les sentiras, ces stries de cette époque. Parfois même elles ressortiront, sans que tu saches pourquoi, douloureuses, enflées ,sans raison.


Mais pour tout le reste de ta vie, chaque fois que tu souriras face à un miroir, tu pourras te dire "ça valait le coup".

 


Oublie pas le "merci Maman et Papa" , moi à mon époque c'était pas remboursé à 100%, loin de là.
Gosse ingrat !