Il y a des jours, je suis réellement étonné d'appartenir à l'espèce humaine.

Pourtant sous mes airs de grosse aigrie de la vie se cache un petit coeur tendre et doux, qui certes a une nette préférence pour l'espèce animale, mais ne rechigne pas à aider non plus son prochain, et ça -incroyable me direz vous- même sans forcement attendre autre chose en retour.

Mais je dois être encore une exception ou une conne , car un peu chaque jour mon prochain me montre qu'il y a peu de raisons de croire en lui ou de lui venir en aide. Je ne parle pas des enfants, aussi choquant que cela puisse paraître j'assimile les jeunes enfants a des petits animaux et ils gagnent ainsi toute ma clémence et mon amour sans condition (sauf le petit gros là bas dans le fond, l'es moche) mais chaque fois qu'une nécessitée absolue de la vie me pousse hors de mes pénates, je finis par le regretter un petit peu, même si je porte en quasi permanence mes lunettes "visons bisounours ou tout le monde il est beau et gentil".

Mon plus grand sujet d'angoisse et mon meilleur exemple c'est la voiture. J'habite en région Parisienne, donc je suis confrontée à peu près a ce qu'il existe de PIRE (exception faite de l'Italie) et du coup je me paye une bonne crise d'angoisse à chaque fois que je claque ma portière et que je met le contact.

Aujourd'hui je me suis rendue à la poste et au petit supermarché au bout de ma rue (distance parcourue : 500m) et j'ai expérimenté le grillage de priorité, le tape cul, le passage en force, le frolage de carrosserie, le doigt d'honneur, le "je me gare en double file devant toi et j'en ai rien à foutre démerde toi pour passer, ou attends", et je ne parle même pas des voitures qui préfèrent frôler les piétons que de les laisser passer, ou la voiture qui décide d'avancer face à moi -même si elle n'a pas la priorité- jusqu'à ce que je cède, car moi je suis en punto avec ma fille à l'arrière, voir celui qui ne sait pas conduire et compte fort fort sur le fait qu'on l'évite assez bien pour qu'il continue sa route sain et sauf.

Oh oui, dès que je suis derrière mon volant, Humanité je te hais !

Je ne dis pas que je suis parfaite, je dois moi aussi faire des conneries, énerver les gens avec mon allure de mémé , mais au delà de la façon de conduire, il y a la façon de SE conduire en général qui est le coeur du problème.

Nous sommes entourés de spécimens de l'espèce humaine qui semblent vivre seuls au monde , ou croire que le reste de l'humanité n'existe que pour satisfaire leurs envies et leurs besoin, point barre. Ce qui explique cette vieille dame qui insulte la petite caissière car il n'y a plus de papier toilette en promotion. Ce qui explique ce gros bedonnant qui préfère marcher sur ma gamine que de la laisser accéder au rayon yaourt avant lui.  Ce qui explique le scandale à la poste car l'employé au guichet ne peut rien pour la personne en face d'elle, et que cette même personne ne comprends pas qu'on ne va pas au guichet "envoi et retrait de COLIS" pour retirer de l'argent. Ce qui explique si souvent d'entendre les malotrus dire au restaurant ou ailleurs "vous êtes payés pour ça".

En général face à ce genre de comportement, même si j'aimerais bien revêtir ma tenue de Super Panda et moucher le malpoli (j'ai juste réagis pour l'écraseur de Pand'chat) , je me contente d'apporter mon soutien verbal à la victime et je me roule en boule dans ma coquille , bien décidée à fuir au plus vite les zones civilisées.

Suis je une inadaptée sociale ? Ais-je un problème quelconque ? Je ne pense pas, du moins je ne l'espère pas. Mais je t'avoue, lecteur, je doute, et même très fort. Il y a tant de choses qui me hérissent et me défrisent, que je me dit que si c'est ça la normalité, si faire partie de la moyenne humaine c'est considérer son voisin comme un étron et tenter d'avoir avec lui le moins d'échange ou de contact respectueux possible, alors je quitte le genre humain, je me réclame définitivement différente et anormale, car la normalité qu'on me propose et qu'on tente de m'imposer me dérange et ne me convient définitivement pas.

J'en profite pour remercier au passage toutes les personnes anormales que je côtoie plus ou moins régulièrement et qui ensoleillent mon quotidien par leur présence, leurs paroles, leur façon d'être qui me rassure et me fait du bien, leur anormalité si personnelle qui prouve que l'être humain qu'ils ont été un jour peut quand même donner de bonnes choses au final. Je pense qu'ils se reconnaîtront, mais pour qu'ils n'aient pas de doute, en voilà certains (non classés, bien entendu !) :

Sarah, Leslie, Laure, Clementine, Julie, Emilie, Fanny, Nora, Anna(logie), Alix, Delphine, Celine-Islael, Soline (1 et 2 huhu !), Canelle, Wicca, Yuki, Kira, Tanou, Niels, Lucile, Anais, Celine, Marlène, Vanessa, Eleonore.

Je dois forcement en oublier, honte à moi. Si vous pleurez et vous roulez par terre en vous rendant compte que je ne suis qu'une truie qui vous a oublié, n'hésitez pas à me lancer un parpaing à la gueule la prochaine fois qu'on se voit, je l'aurais bien mérité.

Sur ce je vais remballer ma sensibilité meurtrie et la coucher bien au chaud , non sans l'avoir enveloppée au préalable des mots gentils de mes amis, et de la vision de mon bébé tyran familier pionçant confortablement dans ses draps imprimés de petits légumes heureux et de gentils lapins.

 

J'en profite également pour vous annoncer que Mudinette prends un peu de repos jusqu'à nouvel ordre. Son post du Jeudi sera soit mit en pause , soit remplacé temporairement.