Aaaaah, mes petits lecteurounets, vous m'avez manqué !

Si, je vous jure ! De savoir que vous allez à nouveau lire ma prose sublime et verser silencieusement des larmes d'adoration à l'encontre de ma personne, et refleurir l'autel à la gloire du grand panda que je suis, j'en frémis d'avance de contentement !

 

Du coup, pour rester dans le ton de bienfaisance que provoque ma divine aura, je m'en vais parler de Bonheur.

Oui, le Bonheur, avec un grand bé. Le Bonheur, le but de toute une vie, la carotte qui nous fait avancer le nez en l'air et la langue pendante durant le dur chemin qu'est la vie, et nous fait penser que toute la merde dans laquelle on marche n'est rien comparé au fait d'avoir le  Bonheur.

Le Bonheur, c'est comme du pain frais, ami lecteur, sache le.

42-21994891

Pourquoi ?
peut être que c'est plus comme un croissant frais pour d'autres, mais pour moi le pain, c'est une bonne métaphore.

Attention, pas la baguette pourrie achetée au Liddl du coin, dans son emballage plastoc qui l'a rendue molle et flasque.

Non !

La belle bien dorée et croustillante, à la mie fondante et colorée. Le plaisir de la croute qui fait croc-croc sous la dent, de la douceur blanche de la mie, l'odeur. Ah, l'odeur du pain frais *soupir*.

42-29237811

Oui, le pain frais , c'est du bonheur, un petit moment de grace pur. On va se le taper avec au choix du nutella ou du pâté de campagne, un bon bout de fromage, ou nature, mais ON VA SE LA TAPER, cette foutue baguette !

HAHAHAHA !!

Hem, je m'égare ...

Donc, Bonheur= pain frais.

 

Quand le bonheur arrive, il est tout frais, tout beau, parfait. On se sent léger, on sautile partout, on en grignotte un morceau (hihi, le quignon !) bref, on profite a plein tube !

 

42-22400623

Le lendemain , le pain il est toujours beau, mais il est plus si frais. Le bonheur non plus, c'est toujours sympa a manger, on peut le mettre un coup au grille pain pour réchauffer le tout et retrouver du croustillant , mais ce n'est plus le pur bonheur de la veille (ou de quelques temps avant, faites pas chier, c'est une métaphore putain !

Quelques jours après, le pain, il tire la tronche. Celon comment vous êtes soigneux, soit il a fini dans un sac à pain (hideux en passant), dans une boite à pain (ou comment recréer du caoutchouc immangeable) ou il a trainé sur la table et il est si dur qu'il tuerait quelqu'un... ou, comme parfois ça arrive chez moi, il à moisit.

Ou comment vous expliquer que votre "bonheur" maintenant il pue du cul et n'est plus bon à rien.

Alors, on est pas con, on va acheter un bonheur tout neuf. Ou une baguette de pain frais, ça marche aussi, pour retrouver cet état d'hébétude bienheureuse , ce sourire niais qui illuminait notre visage d'une coulée de bave lancinante.

 

Alors que non ! bandes de moules (haha !) ! Malheureux ! Il reste l'option du pain perdu ! En plus c'est délicieux !

42-27611682

Et là, je vous ai perdu.

Vous vous demandez de quoi je parle, et si le retour à la réalité après un temps d'absence n'a pas été trop rude pour mon pauvre cerveau d'herbivore placide .

 

Ce soir, je suis allée au magasin de jouet avec ma fille qui aura 2 ans demain, voir pour lui prendre un cadeau. J'y ai croisé des enfants plus âgés qu'elle, qui écumaient les rayons suivis de leur parents qui trottinaient derrière eux, en se posant mille questions : mais tu ne collectionnait pas tel truc avant ? Non, ça c'était avant, maintenant c'est nul, c'est ça que je veux !

Mais... tu n'as pas déjà Barbie-princesse-vétérinaire-qui-sauve-le-monde-en-kayak ? Mais naaaaaan, c'est Barbie-Princesse-lutteuse-proffessionnelle-qui-fait-la-cuisine-qu'il-me-faut !

Et bien que moi aussi j'ai été ce genre de gamine avide de nouveautés et de petits bonheurs neufs à me mettre sous la dent (croc croc le quignon !) et que je le suis encore plus avec ma " passion des poupées" actuelle, j'ai reçu ce soir une grande leçon de mon petit bout de chou, qui n'a voulu que ... des bulles de savon.

Nous sommes sorties et elle a fait des bulles, devant le magasin. Elle a couru après, elle a  beaucoup ri, et je me suis dit -avec mon cerveau ramolli de parent- que c'était un grand bonheur que ce moment là, et que finalement le plus gros des jouets du magasin n'aurait pas pû l'égaler. Que de simples bulles de savon nous avait apporté un grand bonheur à son papa, elle et moi.

Et que parfois, plutôt que de rechercher un bonheur tout neuf , il faut peut être essayer de réutiliser les plus anciens, quitte a les transformer un peu. Ou de choisir parfois les plus simples.

Pas toujours, mais parfois le bonheur c'est aussi simple qu'un bout de pain frais.

Ou des bulles de savon.

Surtout quand la vie et si moche et si courte à coté.